Habitats et Jardin-Verger Bioclimatiques

Un habitat écologique sur un lieu partagé
En Sud Jura, au coeur du Valromey, se trouve une terre nommée "La Couture". En patois la Couture signifie "la bonne terre".
Nous avons eu la chance de l'acquérir fin 2017. Enfin un lieu d'ancrage et de rayonnement où poursuivre notre quête de cohérence.
Ce fut aussi un enjeu, surtout pour Xavier, acteur-militant de la transition depuis des d'années, entre autre co-fondateur d'un projet de coopérative d'habitants.
Comment concilier les valeurs écologiques, le désir d'habiter autrement, avec la propriété et l'habitat individuel ? Simplement dans la conviction que la création de valeurs ne dépend pas des circonstances.
La Couture nous offre déjà ses bienfaits, une source, un verger, une énergie saine et porteuse, qui n'attendent que d'être partagés.
Notre projet ? Développer à La Couture en Valromey un jardin-verger permaculturel ouvert, des hébergements légers, un lieu vivant d'échanges, de rencontres, conférences et formations.
Mais tout d'abord, comme acte fondateur de cette dimension collective qui nous tient tant à coeur, la tenue de chantiers participatifs pour la construction de notre maison écologique. Juin 2018, c'est parti !
Stéphanie et Xavier
Notre inspiration

Community Life Competence

L'organisation dont la démarche  inspire et soutien nos projets  individuels, familiaux et collectifs
Notre projet familial
Un habitat bioclimatique

La maison est conçue avec le souhait de minimiser l’impact de sa construction et le coût de son usage en collaboration avec l'architecte Mathias Vandenberghe.
Bien sûr tout n'est que compromis, entre souhaits, délais, contraintes légales et budgétaires. Au final la satisfaction est au rendez-vous, c'est tout ce qui importe.

Quelques images des chantiers participatifs
(Mai-Juin 2018) :

Une journée type
  • 8h00-8h30 Accueil
  • 8h30-12h30 Chantier
  • 12h30-13h30 Déjeuner
  • 13h30-17h30 Chantier


Repas, hébergements
  • Repas et collations bio et/ou locaux.
  • Tentes sur le terrain, dortoir collectif, gîtes locaux.
  • Toilettes sèches et eau de source.

Alors ? Comment ça c'est passé ?

Super bien, merci ;-)
Nous avons accueilli en moyenne 4 volontaires, certains accompagnés de leur famille, sur tout ou partie de la semaine. Au complet, nous avons partagé des tablées d'une douzaine de personnes, dont la participation enthousiaste à l'intendance nous a permis de profiter de repas réconfortants sous les orages de printemps.
Avec Laurent et Xavier nous avons, à 6 personnes, pleinement occupé les 3 principaux postes de travail :
- Le redimensionnement. L'ossature accueillant moins de 3 bottes en hauteur, la 3ème botte devait toujours être redimensionnée en longueur. De plus nous devions (trop) souvent jouer de la scie alligator pour produire feuillures et réductions en largeur, l'ossature n'étant pas totalement optimisée pour accueillir sans découpe les bottes. L'expérience montre qu'un aller-retour architecte-charpentier aurait réduit ces contraintes, moyennant la revue des dimensions et positions des ouvertures.
- La compression. Selon que l'étanchéité à l'air est faite par enduit terre ou pare-vapeur, la colonne de bottes devait être recompressée pour être posée précontrainte puis libérée après la pose.
- La pose. Effectuée à l'aide de chausse-bottes et d'un persuadeur.
- Et sans oublier la confection et la pose des "poupées", boudins de paille à ficeler puis à encastrer entre les bottes afin de combler les vides dus à l'ossature entres les colonnes de bottes.

Milles Mercis
à Virginie et Sébastien, Robin, Sarah et Sarah, Damien et Luce, Cerise, Sébastien, Nina et Maé, pour leur précieuse et enthousiaste participation,
à Laurent et Mathias pour leur professionnalisme et leur patience,
à Marie-Chantal et Adelin, les parents de Xavier, sans qui nos valeureux volontaires n'auraient pas été accueilli avec autant d'attention,
et à Maora et Julian pour avoir stocké les bottes dans leur grange pendant de nombreuses semaines.
arrow_upward